9 juin 2013

Faire face au malheur

C'est quand le malheur frappe que nos certitudes sont ébranlées: Une mère seule qui perd son unique enfant, c'est peut-être le sommet de la douleur, parce qu'au drame affectif s'ajoute le drame social, même encore aujourd'hui dans bien des pays. Nos deux récits relatent un drame semblable, et montrent comment tous sont affectés. Regardons Elie, puis Jésus, être eux-mêmes touchés, révoltés, et comprenons leur réaction!   > Lire la suite du texte

Message sur 1 Rois 17,17-24 et Luc 7,11-17 donné le 9 juin 2013 à l'église française de Berne

Aucun commentaire :

Publier un commentaire